1 792 130 visites 11 visiteurs

Focus sur les blessures les plus récurrentes au football

1 mars 2021 - 11:46

A l'occasion de ma blessure survenue ces derniers jours, je vous propose de faire une petite série d'articles, juste 2 ou 3, sur les blessures les plus récurrentes chez les footballeurs

On entend souvent parles des entorses, de pubalgie, de ligaments croisés ou d'élongations.... Alors revenons-y pour quelques moments pour expliquer notamment envers nos plus jeunes footballeurs en quoi consistent ces blessures

Premier épisode de notre petite série sur les articulations et notamment les chevilles et les genoux

Bonne lecture à toutes et tous et RDV très vite pour de nouveaux articles

Blessures : cheville et genou au premier plan

La pathologie la plus retrouvée chez les joueurs professionnels de football est l’entorse de la cheville qui touche le ligament externe.

À savoir ! Une entorse est un étirement (foulure ou entorse bénigne) ou une rupture (entorse grave) d’un ligament. Un ligament est une structure fibreuse reliant deux parties osseuses formant une articulation. La cheville est stabilisée par un ligament externe constitué de 3 faisceaux.

En effet, les chevilles sont très sollicitées pendant les entraînements ou les matchs.

En général, c’est un faux mouvement latéral qui cause la torsion de cette articulation de la cheville. Ce faux mouvement peut être consécutif à un changement de direction, à un dérapage ou encore un pied mal retombé sur le sol ou sur le ballon. Si le choc est assez violent, comme lors d’un tacle mal contrôlé, une fracture de la cheville peut survenir.

Tout l’enjeu pour le joueur est ici de bien traiter son entorse, car elle peut devenir source d’arthrose ou de douleurs chroniques.

Le remède ? Immobiliser la cheville (attelle, ou botte plâtrée), pendant 3 semaines 6 semaines en fonction de la gravité de l’entorse. Le retour à une activité normale se fait dans les trois mois à venir. Si c’est une fracture, une opération chirurgicale peut être nécessaire et l’immobilisation et la rééducation prendront plus de trois mois.

À savoir ! Sur le terrain, les équipes médicales exécutent toujours la même consigne de premier secours lorsqu’un joueur se blesse. C’est le “GREC” pour : Glace, Repos, Elévation, Contention.

Autre partie du corps très sensible : le genou.

Illustration d'un genou droit vu de face et de ses ligaments

Le genou est atteint lorsqu’il subit un mouvement de torsion anormal.

Le joueur est confronté à un risque de survenue de différentes blessures au niveau de cette articulation comme :

  • La déchirure partielle ou complète du ménisque (petit cartilage situé entre le fémur et le tibia) ;
  • Des lésions ligamentaires (entorse bénigne ou grave) au niveau des 4 ligaments ;
  • La rupture ligamentaire du pivot central avec déchirure souvent du ligament croisé antérieur (arrêt de 2 mois à une année).

À savoir ! Le pivot central du genou décrit l’ensemble des ligaments croisés antérieur et postérieur du genou réalisant l’élément ligamentaire participant à la stabilisation du genou.

Une rupture du ligament croisé antérieur du genou chez un sportif de haut niveau peut briser une carrière professionnelle en fonction de la durée de l’immobilisation et la récupération partielle des sensations.

 

Commentaires

Aucun sondage

Aucun sondage